Répondre à une question quand elle se pose

juillet 2015

C’est sans doute le secret le moins bien gardé en matière de pédagogie : répondre à une question lorsqu’elle se pose est 100 fois (1 000 fois ? 10 000 fois ?) plus efficace que de répondre à une question purement artificielle.

En simplifiant, il y a deux stratégies possibles : faire en sorte que la question se pose au bon moment (si possible en présence du prof) ou se débrouiller pour que la réponse soit constamment disponible, et que l’élève ou l’étudiant puisse y accéder au moment opportun.

Dans la première optique, il y a plusieurs façons d’amener un apprenant à se lancer dans la quête proposée par l’enseignant : la force de conviction, le numéro d’acteur pour rendre passionnant ce qui ne l’est pas forcément en soi, l’attractivité et la richesse des ressources associées, le jeu, l’APP (apprentissage par problème)…

Dans la deuxième optique, le numérique ouvre aussi des perspectives : si la ressource est en ligne, qu’importe que la question apparaisse un lundi à 16 h pendant le cours, ou à 23 h un dimanche1. L’important est que l’étudiant sache y accéder, pense à y accéder.

Il ne suffit pas qu’une ressource soit en ligne pour qu’elle permette la construction d’une réponse. Il faut aussi que d’une manière ou d’une autre, elle soit présente dans l’environnement intellectuel de l’étudiant. Et c’est là que les cours en ligne ont un rôle important à jouer. Dans les MOOC par exemple, les participants ont une tendance à zapper, à parcourir les contenus sans forcément les approfondir, mais s’ils restent ouverts en permanence, ils sont utilisables en deux temps :

Les MOOC peuvent être dans ce cas un outil permettant de préparer l’accès au bon moment aux ressources. D’abord séquencés en une suite de modules, ils proposent aux apprenants de travailler en même temps sur des problématiques communes. Les échanges et le travail au sein d’une communauté facilitent les apprentissages.

Mais ensuite, c’est la disponibilité en permanence des ressources qui permettra de travailler avec la bonne ressource au bon moment, de trouver la réponse au moment où la question se pose.

Laissons les cours en ligne ouverts, ne fermons pas nos SPOC ni nos MOOC.



retour

Thierry Marchand,

thierry@onef.fr


1Cet exemple n’est pas tout à fait pris au hasard : si un devoir doit être remis « avant lundi », nombre d’étudiants s’y pencheront le dimanche soir.